Ici et Maintenant

22 mai 2016

Petit bilan

Cela fait maintenant 6 mois que j'ai eu le sentiment de passer à la vitesse supérieure en choisissant de ne plus me contenter de ma pratique personnelle et en prenant des cours. D'un cours de deux heures par semaine, je suis passée à deux cours par semaine, et j'envisage pour la rentrée de rajouter un cours de yoga nidra, illustration du côté addictif du yoga et surtout de ses bienfaits.

Souvent, j'entends dire: le yoga me fait beaucoup de bien, le yoga a changé ma vie. J'adhère totalement mais j'ai voulu aller plus loin et m'interroger le plus sincèrement possible sur tout ce qui a évolué dans ma vie personnelle, tant sur le plan physique que psychique, depuis le début de ma pratique.

Ne rêvons pas, le yoga n'est pas miraculeux non plus. Ce n'est pas une fin en soi mais plutôt un moyen pour arriver à une meilleure compréhension de soi, de son fonctionnement physique, de sa pensée, un moyen d'harmoniser les deux pour atteindre une certaine sérénité. Le yoga nous donne un sentiment de réconciliation avec nous-même,une meilleure estime de soi, et de ce fait nous aide à mieux appréhender les évènements de notre vie, positifs ou négatifs.

Alors non, je n'ai pas perdu mes kilos en trop, ce n'était pas l'objectif (mais bon sur un malentendu ça aurait pu marcher :-)) , je ne suis pas capable de me tenir sur la tête ou sur un bras, je ne touche même pas le sol avec mes mains, mais j'écris cela sans aucune frustration tant il y a du positif dans mon bilan, et que surtout, j'ai appris à faire taire la petite voix dans ma tête, celle qui dit, non mais ma pauvre tu t'es vue quand tu fais tes postures, t'es ridicule, tu n'y arriveras jamais, regarde ta voisine comme elle est bien meilleure. Je suis sûre que vous aussi, des fois, cette petite voix vous énerve bien et pire, vous freine et vous empêche d'avancer sur vos projets quels qu'ils soient.

Physiquement, il est indéniable que mon corps est plus ferme, et si je suis toujours aussi peu souple en début de cours, je m'aperçois qu'au fil de la séance, mon corps se déplie, mes muscles s'allongent et me permettent de progresser dans mes postures. Dans la posture de la pince, séance aprés séance, mes mains sont passées des cuisses, aux genoux, aux tibias. Ce n'est pas tant une question de souplesse que de volonté et surtout de travail régulier. Il est difficile de mettre des mots sur des sensations, mais je peux dire que je me sens au quotidien, lorsque je marche, dépliée et plus légère. Plus tonique. Cela fait des années que je souffre de douleurs lombaires, celles-ci sont toujours là au réveil mais s'estompent plus rapidement qu'avant et je connais maintenant les postures qui vont me soulager en cours de journée lorsque je me sens raide. Je me suis aperçue également qu'en jardinant, je peux désormais me tenir accroupie sans problèmes là où auparavant j'étais à genoux ou assise les mauvais jours pour désherber mes plate-bandes. Je sens également que jour aprés jour, je développe un sentiment de gratitude envers mon corps, pour ce qu'il me permet de faire, le bien-être que je ressens pendant et aprés chaque posture, je découvre avec surprise ce qu'il est capable de faire, je découvre aussi que finalement, on n'utilise que trés peu des ressources que notre corps peut nous apporter. Ce corps, j'ai envie d'en prendre soin encore davantage, à l'extérieur et à l'intérieur, en me nourrissant encore mieux, avec des produits de qualité et en prenant plaisir à ce que je mange. Finalement, je porte un regard bienveillant sur mon corps et je m'apprécie telle que je suis. Finalement, je m'aime plutôt bien dans ma globalité, avec mes défauts et mes qualités :-)

Le yoga n'est rien sans la respiration. Pour moi qui vivait quasiment en permanence le nez bouché ou la goutte au nez c'est selon, là aussi, j'ai ressenti une véritablement changement. J'ai appris à respirer par le nez, profondément. Je n'ai aucune explication médicale à apporter, juste une constatation, cet hiver, ma sinusite chronique m'a laissée en paix, et même mon allergie printanière a été trés légère puisque j'ai pu me passer de traitement. Attention, je ne suis pas en train de dire que le yoga soigne les affections respiratoires, j'en sais rien du tout, je dis juste ce que cela m'a apporté à moi. De la même façon, j'ai senti une amélioration de mes fonctions digestives et la disparition du "mal au ventre" que les filles un peu anxieuses connaissent bien. Cela est sans doute lié au fait que le yoa permet de mieux gérer son stress.

Le vrai changement, c'est dans la tête que ça se passe. Difficile à expliquer mais les effets positifs sont indéniables. Les bienfaits de la méditations sont nombreux, calmer son esprit, voir diminuer puis s'effacer les pensées récurrentes, celles qui nous font tourner en boucle sur les évènements négatis de notre vie, réels ou imaginaires d'ailleurs. Les difficultés sont toujours là mais le regard que je porte sur elle a changé, j'ai désormais davantage conscience de mes capacités à les dépasser. Les émotions négatives, colère, stress, déprime, sont moins présentes et lorsqu'elles surviennent, je les regarde avec un peu plus de hauteur en sachant qu'elle ne font que passer et finiront par disparaître. Là ausi, c'est difficile à décrire avec des mots, mais je sens mon cerveau en ébullition, je me sens plus créative, et débordante de projets, d'idées tout en étant capable d'une meilleure analyse des faits ou des situations. 

Comme je l'ai dit plus haut, le yoga est un moyen pour mieux se connaître. Mais commencer à pratiquer, c'est un peu comme lorsqu'on lance un caillou dans l'eau:il y a le point d'impact, celui-ci déclenche des cercles concentriques. Le yoga c'est un peu pareil. On assiste aux séances, puis on ressent le besoin d'aller plus loin si on considère le yoga comme une philosophie, on s'intéresse aux bienfaits de la méditation, puis on a envie d'une vie plus saine, puis on s'interroge sur le sens de sa vie et ce qu'on veut faire de celle-ci. On découvre aussi, avec une approche bouddhiste l'impermanence des choses, et qu'il vaut mieux vivre dans "l'ici et maintenant". On se découvre soi-même, et on a envie de pousser l'exploration plus loin...

A suivre!

c32f07908a370f1457e79afd021efd8f

 

Namaste

 

Posté par Emma_MA à 09:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2016

La méditation

 

 " laisser les pensées traverser le champ de notre conscience comme l’oiseau passe dans le ciel sans laisser de traces"

- Matthieu Ricard -

 

Pour s'initier à la méditation, je partage avec vous cet article, trouvé sur le blog Méditations et Actions. Il m'a paru trés utile, tant pour s'initier, grâce aux détails pratiques dont on a besoin pour commencer à pratiquer, que pour pousser plus loin sa réflexion.

 

fotolia_69873745_xs

(image issue du blog cité ci-dessus)

 

http://meditations-magazine.com/2016/02/19/meditation-sur-le-va-et-vient-du-souffle-ou-meditation-du-calme-mental/

 

A lire également, un joli article sur la méditation au féminin, qui nous aide à nous recentrer sur nous, notre potentiel créatif et créateur, les femmes ont parfois tendance à s'oublier, en prenant soin des autres.

 

Namaste.

Posté par Emma_MA à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mars 2016

Le zen est une façon de vivre en accordant son esprit et son corps, en apaisant ses pensées, en affrontant ses peurs et névroses. La méditation n'apporte rien et pourtant elle change tout. Elle change notre façon de penser, notre façon d'envisager les difficultés, et apporte une réelle paix intérieure. Mais le zen ce n'est pas que ça. Le zen est un des courants de pensée du bouddhisme, mais il est loin d'être obscur ou théorique. Le zen se vit au quotidien, il ne tient qu'à nous de rendre la moindre, la plus futile voire ingrate de nos activités quotidienne zen. Etre dans le zen, c'est simplement être parfaitement dans ce qu'on est en train de faire, que ce soit le ménage, la cuisine, une promenade dans la nature, le nettoyage du jardin. Je vous conseille le livre de Gary Thorpe, Le zen des petits riens, qui en parle trés bien.

 Je vous propose une vidéo, c'est un documentaire diffusé sur Arte, que j'aime beaucoup, sur la vie d'un moine zen, dans l'un des plus importants monastères japonais. On y suit un maître zen, agé de 104 ans. Certes, la voie du zen peut y sembler austère, mais c'est une belle leçon d'humilité et d'espoir également. Et le zen n'est pas dénué d'une touche d'humour, le maître en est la preuve. 

 

 

 

 Quelqu'un demanda à Maître Bokuju :
nous devons nous habiller et manger tous les jours,
comment se libérer de tout cela ?

Bokuju répondit :
on s'habille, on mange.

Le questionneur dit :
je ne comprends pas.

Bokuju répondit :
si vous ne comprenez pas,
habillez-vous et mangez votre repas.

Source:meditationfrance.com

Namaste.

 

Pour aller plus loin:

- L'histoire du zen au Japon, sur Culture Japonaise Info: http://culturejaponaise.info/documents/hist_zen/histoire_zen_1.html

- Le zen au Japon sur Meditation.org: http://www.meditation-zen.org/fr/histoire-zen-japon

 

Posté par Emma_MA à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2016

Le yoga côté pratique

Une fois que l'on a choisi son yoga, et son cours, comment ça marche?

Mine de rien, il est important de bien choisir l'endroit où se déroule un cours, ce n'est pas vraiment la même chose de suivre un enseignement dans un gymnase mal chauffé et dans une salle dédiée uniquement au yoga. C'est donc important de se rendre sur place, d'essayer, souvent le cours d'essai est gratuit. Et d'éviter également les cours surpeuplés, mais ça c'est facile en Normandie, beaucoup moins sans doute en région parisienne.

Ce que j'apprecie dans mon cours, c'est d'une part la température correcte, frileuse je suis, frileuse je reste, et le cadre agréable et propice à cette activité. Pour avoir cela, je dois avaler des kms une à deux fois par semaine, ce centre se trouve à 50 km de chez moi, mais j'ai accepté cette contrainte.

A la différence d'un club de fitness, la tenue n'a strictement aucune importance, et c'est trés appréciable d'être ainsi libérée et du regard et du jugement des autres, notion primordiale dans le yoga. Mon cours est mixte, disons deux tiers de femmes, pour un tiers d'homme. La tenue qu'on choisit doit être la plus adaptée à la pratique, confortable. Je rajoute chaude, on ne passe pas 2 h à aligner les postures mais on alterne figures, relaxation, méditation, donc en fonction, j'enlève ou je rajoute des couches. Je porte un legging, 2 hauts: débardeur, tee-shirt manches longues, un pull, des chaussettes en laine. Je commence la séance avec mon pull et mes chaussettes, puis je les enlève pour les remettre au moment de la méditation ou des temps pour soi. Généralement, un cours digne de ce nom met du matériel à votre disposition: matelas, briques, courroies, coussins plus ou moins hauts et couvertures pour se réchauffer. Un vestiaire pour se changer, c'est bien!

Pour les femmes, il est parfois recommandé de modérer la pratique les premiers jours des règles, à mon tout petit niveau, je n'ai rien remarqué de différent, mais ce point revenant assez fréquemment dans mes différentes lectures, peut-être faut-il être vigilante.

Un petit conseil, munissez vous d'une serviette de bain pour recouvrir le tapis de sol, et il vaut mieux enlever ses bijoux, collier,montre, et bracelets, gênants pour certaines postures, et le tintannabulement des bracelets qui résonnent particulièrement bien dans une salle, peut vite vous faire perdre toute concentration, au début!

Quant au prix, d'aprés mes recherches, les cours vont de 10€ l'heure à 30/35€, mais je ne pense pas que le prix soit forcément gage de qualité.

Namaste

 

 

Posté par Emma_MA à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Au commencement

On ne se réveille pas un beau matin en se disant, et tiens si je me mettais au yoga?

Choisir cette activité, qui est pour moi davantage qu'un hobby ou un loisir mais bien une hygiène de vie, est l'aboutissement d'un cheminement, d'une reflexion personnelle, d'une envie d'insuffler davantage de spiritualité dans sa vie et peut-être redonner sens à sa vie. Depuis quelques mois, j'ai ressenti un besoin d'éveil spirituel, ce qui jusque là avait de l'importance à mes yeux n'en a plus, et d'autres notions s'avèrent nécessaire à mon équilibre. Je me détache du jugement des autres, j'essaie d'être, et c'est loin d'être un chemin facile, dans le Ici et Maintenant. C'est à dire vivre dans l'instant présent, sans regarder en arrière ou en avant puisqu'on ne peut rien y changer. Juste apprécier le moment, saisir tous les petits bonheurs de la vie.

Le yoga s'est imposé comme une évidence, bien avant que je sache que cela devenait un phénomène de mode, j'habite en Normandie, en milieu rural et le yoga ne fait pas encore partie des habitudes locales. D'ailleurs, il est assez compliqué de trouver un cours, aussi, pour débuter j'ai fait le choix de m'initier seule, à l'aide de livres, et des nombreuses vidéos sur YouTube, trés pratiques et vraiment bien faites pour certaines. Ensuite, c'est l'engrenage, pleinement consenti, je vous rassure. Avec le yoga, qui mêle postures et respiration, j'ai commencé la méditation zazen (méditation assise) aprés avoir découvert ses bienfaits grâce aux livres et entretiens de Christophe André et Alexandre Jollien, là aussi de nombreuses vidéos m'ont bien aidé. La méditation en nous focalisant sur notre souffle (on respire plus de 20000 fois par jour, sans en avoir conscience, y a t il une autre fonction aussi importante que celle-ci, aussi vitale, et pourtant nous n'y accordons aucune importance)  nous aide à nous recentrer, à canaliser nos pensées négatives ou récurrentes. La méditation ne les fait pas disparaître, mais nous apprend à les regarder passer, comme les eaux d'un fleuve, ne pas s'y arrêter et toujours revenir à notre souffle. La méditation nous apprend aussi l'indulgence envers nous-même, il y a des jours où ça fonctionne, il y a des jours où ça ne fonctionne pas, tant pis, c'est comme ça. Et il faut s'accepter telle que l'on est à ce moment: en colère, anxieuse, triste.

J'ai donc pratiqué chez moi seule plusieurs mois, mais il est arrivé un moment où je n'ai pas trouvé ça suffisant, où j'ai eu envie d'aller plus loin dans mon cheminement et j'ai cherché des cours pour réellement m'initier et progresser. Je ne souhaitais pas un cours proposant uniquement le travail des postures, un peu comme un cours de gym où on enchaîne les positions, c'est ainsi que j'ai eu une première approche du yoga,il y a quelques années, dans un club de fitness, avec un prof sur une estrade, de la musique d'ascenseur à fond. Pas du tout pour moi l'esprit du yoga. Je voulais reéllement une approche spirituelle, mêlant les différentes formes de yoga, il y en a une multitude, la méditation, et également une approche ayurvédique. J'aime, dans un cours, qu'on me parle, qu'on m'explique bien sûr les postures, asanas, mais également à quel niveau de mon corps, quel bénéfice je peux en retirer. Je voulais également un centre, pouvant me proposer des stages pour m'initier à différents yogas, je pratique plutôt le hatha yoga, le plus courant, mais aussi des conférences.

Le yoga est souvent liée à des tas d'idées fausses: pour pratiquer, il ne faut pas nécessairement être souple, non, le yoga ce n'est pas une secte et on n'est pas sous l'emprise d'un gourou, non, ce n'est pas parce qu'on souhaite s'initier et aller plus loin dans sa recherche, qu'on va virer hippie, devenir végétarienne, se nourrir de quinoa et de fruits secs. Je suis plutôt ronde et pas souple du tout, mais en choisissant un enseignement de qualité, ce n'est pas un problème, on s'adapte: si je ne touche pas le sol avec mes mains, je mets une briquette pour rehausser, si je n'arrive pas à m'assoir correctement pour la méditation, j'utilise un coussin rond. Je ne force jamais, le yoga n'est pas une compétition et on n'est pas là pour essayer de faire mieux que son/sa voisine de tapis. On adapte sa pratique à ses possibilités, un bon enseignant donne toujours des variantes des postures, à adapter en fonction de son niveau ou envie. Un bon enseignant, c'est aussi celui qui est attentif à vous, qui va vous corriger avec respect, certaines personnes n'aiment pas être touchées et je comprends ça, qui va prendre le temps de refaire à vos côtés les postures ou enchainements jusqu'à ce que vous les mémorisez. 

Certes, il y a les cours, mais faire 2 h de yoga une fois par semaine et puis plus rien, ça ne sert pas à grand chose, la régularité est davantage payante, donc il faut poursuivre chez soi, même ne serait-ce que quelques minutes, et surtout, c'est cela le plus difficile, arriver à inscrire dans son emploi du temps, ses quelques minutes, comme véritablement quelque chose d'essentiel à son bien-être.Prendre du temps pour soi, facile à dire mais difficile parfois à mettre en oeuvre et à assumer.

En toute humilité, je sais que je ne sais rien, mais j'ai une véritable volonté d'aller vers une simplification de ma vie, de minimalisme consenti, d'une expérience spirituelle au sens large du thème, je suis plutôt rationnelle et je ne pense pas être illuminée, enfin juste ce qu'il faut! Ce sera donc ici, mon journal de bord. Je ne cherche à convaincre personne, je veux juste faire part de mon cheminement, de mon apprentissage du yoga, de mon évolution si évolution il doit y avoir. Je n'ai rien à apprendre à personne, mais je peux juste faire partager mon expérience.

A chaque fin de cours, professeur et élèves s'inclinent en joignant les mains et en prononçant Namaste, une façon de remercier, un signe de gratitude et de respect les uns envers les autres.

Namaste

Posté par Emma_MA à 10:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]